Concours, Distinctions

Sanaa: Pritzker Prize 2010

1 Comment 28 mars 2010

Le O-Museum in Nagano , Le musée d’art contemporain à Kanazawa (both in Japan), le pavillon de verre au Toledo Museum (Ohio), Le théâtre et le centre culturel de Almere (Almere, the Netherlands), Le nouveau musée d’art contemporain de New York (New York, NY), et le centre de formation de Rolex (Lausanne, Switzerland).

L’architecture de SANAA est essentielle dans le sens où elle se concentre sur l’essence d’un édifice, la perception de l’édifice comme un tout immuable où chaque partie contribue à donner de la force au tout, une synthèse entre le programme, le site, les personnes, les usages.

SANAA explore les matériaux contemporains et les fait vivre par des jeux de transparence, de lumière, d’ombre et de matière. SANAA cherche des réponses claires, simples à des problèmes complexes.

SANA reprend les fondement de l’architecture, le principe d’économie ( tel que l’a énoncé Alberti) pour produire une architecture simple, lisible, une esthétique de la précision.

L’idée architecturale est maîtresse du projet, et chaque détail du projet vise à répondre à cette idée maîtresse. Chez SANAA un cube doit rester un cube, une ligne, une ligne, un point, un point.

L’architecture de SANAA, par son élégance et sa précision est souvent associée à des marques de prestige tels que Rolex ou Dior.

SANAA appellent les édifices publics des « montagnes dans le paysage » soulignant ainsi le souci d’intégration de leurs édifices dans l’environnement. L’édifice et l’environnement doivent former un tout, comme les montagnes le font dans le paysage : c’est l’essence d’habiter.

Article sur dailyCharrette sur Sanaa:
EPFL Learning Center

Source:
aRoots

Article sur Archdaily:
Glass pavilion at the toledo museum of art
Serpentine Gallery Pavilion

Site web de l’agence (pas très bien fait):
Sanaa

Art, Equipement public

Theatre / Daniel Libeskind

3 Comments 23 mars 2010

Mister Gaga

Tout le monde a eu sa période Libeskind, en particuliers ceux d’entre nous qui sont passés sur les ban(c)s de l’école d’archi entre, disons, 1995 et 2005. Le projet hallucinant du musée juif (extension au musée historique de Berlin), par son geste très explosif, soufflait autour de lui un grand nombre d’idées reçues sur l’architecture muséo-touristique, concrétisant un certain nombre de positions militantes contre la culture neutralisante de la muséographie , le basculement de l’architecture « contenante » devenant elle même le contenu inremplissable du musée (le musée juif est tellement plus beau « vide »). Le signifié devenu, à ses risques et périls, signifiant. En en payant les conséquences. Ce n’était pas le premier à oser mais c’était le premier à recevoir une telle médiatisation.

La position métaphorique de l’architecture de Libeskind, affutée stylistiquement par un vocabulaire que l’on ne tarda pas à retrouver dans de nombreux autres projets de l’architecte américain ont certainement agacé nombreux amateurs d’architecture (milieu dans lequel les fines bouches sont légion). En particulier, les exemples de centres commerciaux dessinés par Libeskind avec la tête d’un musée juif, cela faisait, franchement, un peu mal au cœur. C’était plus douloureux que de voir Botta bégayer sur les mêmes approches formelles car, à la différence de Botta d’un style beaucoup plus paisible, Libeskind avait réussi à faire à associer à son vocabulaire formel, l’idée que l’architecture disposait d’une capacité tranchante à crier son indignation contre un certain ordre du monde. Retrouver une telle palette expressive dans un projet de centre commercial était donc, potentiellement, un peu fort de café.

Mais Libeskind est un bon architecte. Il agace beaucoup pour des questions formelles, mais au delà d’une provocation bien légitime, il convient de se pencher sur l’intelligence urbain des dispositifs architecturaux par lui engendré. C’est là où finalement, la fascination passagère qui fut celle de nombreux étudiants pour le style Libeskind rate d’une certaine manière toujours sa cible: l’essentiel est invisible pour les yeux.

L’architecture par les pieds

Il faudrait pouvoir être aveugle de temps en temps pour mieux apprécier, avec ses pieds par exemple, l’intelligence urbaine d’une architecture: sa capacité à l’établissement de connexions, de continuités, de flux, de boucles et de transitions.

L’intérêt du Grand Canal Square Theatre, réside dans cette dimension urbaine, qui est l’appanage des grands projets bien pensés, par delà les questions de cosmétique tectonique qui relèvent d’une autre discussion. Un théâtre qui s’ouvre d’un côté sur une grande place devenant elle même théatre urbain en plain air, de l’autre côté, une place ouverte sur la mer, une forme monumentale formant arc de triomphe, annonçant pompeusement la ville aux marins. L’érogénéité à grande échelle, incontournable pour une grande ville désireuse d’offrir une lisibilité basique capable d’attirer la foule, le chaland. La monumentalité ne laisse que peu d’entre nous indifférents.

Un programme de bureaux et d’hôtel prend appui autant qu’il aide à articuler, par son potentiel d’activation de la ville, ces différentes facettes et places urbaines. Du commerce, du bureau, de l’hôtelirie, toutes les choses programmatiques qui font que les choses ne peuvent pas se  faire autrement, question d’argent s’entend.

On aura peut être pas tort de regretter un n-ième projet en oblique lacérée. Ces questions d’obsession constructive sont une chose qui peut faire l’objet d’un débat toujours passionnant mais qui, au regard de ce qui fait la substance de la ville et son génie fonctionnel, importe bien peu. C’est aussi de ce côté-là, du côté de l’attitude urbaine,  qu’il faut apprendre à regarder l’architecture , et sans rancunes et quand bien même elle chercherait bien volontiers la provocation vestimentaire.

Architecte: Daniel Libeskind
Client: Ramford Limited, Chartered Land
Budget: 270 millions US$
Année: 2009-2010
Surface Théatre: 13 800 m²
Surface bureaux nord: 33 300 m²
Surface bureaux sud: 21 100 m²
Associé superviseur: Stefan Blach
Chef de projet: Gerhard Brun
Equipe de projet: Feargal Doyle, Patrick Cox, Andreas Baumgärtner, Matthias Rühl, Toralf Sümmchen, Anna Poullou, Guillaume Chapallaz, Nathaniel Lloyd, Jens Jessen, Jens Hoffman, Kaori Hirasawa, Luca Mangione, Anja Bungies et Christian Müller
Crédits Photographiques: Ros Kavanagh

Source: Archdaily

Architecture, Ecologie, Habitation, Maison, Urbanisme

La cité des poètes… disparu(e/s)

3 Comments 07 mars 2010

Y’en a qu’ont de la merde dans les yeux, à moins que ce ne soit le reflêt des dollars…

Ce sera bientôt fait: la démolition de la Cité des Poètes (voir article de France 3 du 26 février 2010) oeuvre des architectes Jéronimo Padron-Lopez, Yves Euvremer et Luc Euvremer construite dans les années 1980 à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis, France). Oeuvre dans la lignée des opérations novatrices, iconiques, éminentes de logements sociaux en terrasses, en pyramide de verdure et de terrasses triangles par Jean Renaudie et Renée Gailhoustet à Ivry-sur-Seine, l’architecture de la cité des Poètes (Robert Desnos, Georges Brassens) est accusée d’être responsable de tous les maux de notre temps. Continue Reading

Architecture, Art, Ecologie, Equipement public, Experimental

Water Cube / MVRDV

2 Comments 25 février 2010

Un nouveau projet pour MVRDV, un pavillon pour l’exposition universelle de 2012 à Yeosu en Corée. Le thème de l’expo est « l’océan vivants et les côtes ».

LE CUBE EN EAU

L’exposition universelle à Yeosu se concentre sur la puissance et la beauté des océans. Comment exprimer cela ? Peut être en faisant un bloc d’eau ? Un bloc qui est extrait de l’océan.

LE HALL DES OCÉANS

L’espace d’eau central se transforme en cathédrale, comme un espace qui célèbre les océans. Avec toutes les différences environnementales dans le monde. La mer profonde, les pièces tropicales, les palétuviers, les récifs, etc.

LA CARTE DU MONDE

Les bassins sont organisés comme une carte du monde. De sorte que n’importe quelle mer puisse être montrée et placée clairement : les mers polaires sur le dessus et le bas, et les pièces tropicales au milieu, …

Plus d’infos en Anglais sur ArchDaily

Architecture, Concours, Equipement public, Experimental

Chapelle de Saint Loup / LocalArchitecture + Mondada arch

2 Comments 23 février 2010

Ce projet a déjà plus de deux ans mais une amis me l’a fait découvrir le week end dernier. Je trouve ce projet assez intéressant, c’est pourquoi je reviens dessus.

Ce projet est donc une sorte de chapelle origami. Elle a été construite pour les religieuses catholique du village de Saint-Loup dans le sud de la Suisse. Le bâtiment est temporaire, il a été construit par LocalArchitecture, une agence basée à Lausanne, ils utilisent les principes structurels inspirés par le papier plié (origami). L’agence a gagné ce concours afin de construire ce lieux de culte temporaire afin que les religieuses puissent aller au culte comme avant car leur église etait en travaux pour 18 mois.

Les architectes ont contacté des ingénieurs de l’université ETH de Zurich afin qu’on les aide à la construction d’une structure de bois à bon marché. L’agence a été mis en contact avec le professeur Yves Weinhard et le Dr Hani Buri, qui travaille sur les façons d’utiliser le pliage pour créer la force et la rigidité des structures de petite taille.

La chapelle est assez petite. Des murs de bois de 7m jusqu’à 12m dans la nef. À l’extrémité ouest, se trouve un mur de verre recouvert de cuivre. La forme complexe des panneaux de bois a été produite par une découpe laser numérique, mais elle a été construite par des charpentiers locaux. La chapelle a été conçu pour être démontés et reconstruits ailleurs à la fin de son mandat.

Les diaconesses avait besoin d’une structure temporaire pour des activités religieuses de leur communauté au cours d’une vaste rénovation de leur maison-mère. Le nouveau procédé développé récemment en IBOIS pour générer des formes architecturales fondées sur l’origami a fourni une solution idéale. La chapelle a été construite en moins de deux mois, et l’ensemble du projet a pris moins de 6 mois, du début à la fin. La structure est à la fois économique et écologique, car il a été construit en utilisant des panneaux de bois.

La chapelle de bois est la première structure à grande échelle qui intègre la conception et l’analyse structurale basée sur les études de Weinand & Buri. Ils ont créé SHEL, une start-up qui sert à développer au mieux cette combinaison unique entre l’architecture et l’ingénierie.

Source: ArchDaily, LocalArchitecture

Architecture, Commerce, Equipement public, Habitation, Maison, Paysage, Urbanisme

Parking Again sur Arte+7

3 Comments 16 février 2010

Visiblement, le documentaire de Michael Trabitzsch sur l’Art du Parking dont nous parlions la semaine dernière est une série.

L’épisode de cette semaine que vous pouvez encore voir pendant cinq jours sur Arte+7 (ici) fait la part belle à des projets très high-tech dont les tours à parking automatiques de l’usine Volkswagen à Wolfsburg avec une interview de l’architecte très intéressante.  Nous retiendrons au delà des prouesses de la technique des silos à voiture, le projet très original de Carloft s.a.r.l. dans le quartier de Kreuzberg à Berlin, soi disant snob mais bigrement intéressant, d’un ascenseur à voiture qui permet de garer sa voiture sur la terrasse de son appartement (avec femme et enfants). La vie révée de la typologie de la maison conciliée avec les contraintes de la densité qui nous rapproche en clin d’oeil des villas supperposées de Le Corbusier. C’est quand même mieux de décharger le coffre de son gros 4×4 porsche sur sa terrasse que de se taper le déchargement au troisième sous-sol et de galérer pour tout remonter. Idem pour emener les enfants à l’école…  Certes, un accessoire pour clients très fortunés, mais intéressant quand même! Pour une fois que les caprices architecturaux de riches ne sont pas totalement dénués de bon sens …

Crédits: Der Glamour des Abstellraumes (l’Art du Parking), Episode 2, Série documentaire, 2009, Allemagne (ZDF), réalisé par Michael Trabitzsch

Architecture, Equipement public, Films, Urbanisme

l'Art du Parking sur Arte+7

3 Comments 09 février 2010

« Chez DailyCharrette, qu’est-ce que vous foutez d’autre à part pomper les images d’ArchDaily ? » qu’on nous demande souvent.

- On mate des films et on essaye de les poster ensuite ». qu’on répond.

Hier c’était séance Arte+7 chez DailyCharrette. Après le reportage sur les paradoxes du cannabis,  on s’est envoyé un autre très bon documentaire derrière la cravate.

26 min de film sur l’architecture contemporaine des parking que vous pouvez encore visionner gracieusement pendant 5 jours sur Arte+7. Continue Reading

Architecture, Equipement public

T-Clinic: architecture et angoisse

2 Comments 05 février 2010

L’architecture, c’est comme le porno. C’est, pour la majorité des gens, une question de « pulsion scopique« , comme on dit chez les spécialistes. Je veux dire, on passe plus de temps à mater des images d’architecture et fantasmer dessus qu’à explorer de belles architectures pour de vrai, et encore moins d’en construire soi-même. En clair: chez DailyCharrette, nous ne sommes qu’une bande de petits branleurs.

Mais, en architecture, il n’y a pas que l’onanisme du papier glacé des magazines. Il y a aussi l’angoisse. Mais, on ne la rencontre pas souvent, masturbation oblige. J’ai ressenti de l’angoisse en regardant ce bâtiment japonais: la T-Clinic. Continue Reading

Architecture

Interactive Architecture

2 Comments 03 février 2010

Nous avons publié une video d’un projet de UrbanScreen. Un projet de projection architecturale afin de transformer l’architecture en architecture interactive. Nous vous proposons aujourd’hui un livre qui parle de ce sujet.

Ce livre nous parle d’une large sélection de projets, allant des petites installations, jusqu’aux maisons programmables, des immeubles à grande échelle intelligente. Ces projets vont de pair avec une série d’écrits dans différents domaines (architecture, design industriel, programmation informatique, l’ingénierie, l’informatique physique) qui couvre non seulement bâtiment ou les aspects techniques des espaces interactifs, cinétiques et dynamiques, mais aussi ses implications sociologiques, psychologiques et environnementaux. Bref, un bon résumé de ce qui ce fait dans ce domaine en plein boom.

Acheter ce livre en ligne sur Amazon

Architecture

Maison de Blas

1 Comment 02 février 2010

L’amoureux de l’architecture fonctionne au flash. Coup d’oeil instantané sur une image.  Mirage des phantasmes, d’abord. Forcément. Mais pour que cela dure jusqu’à la délectation persistente qui nous fait tomber dans le fanatisme architectural, il faut que l’objet instantanément dévoilé  ne s’épuise pas au premier coup d’oeil. On scrute, on gratte… Le plaisir du grattage… On gratte l’image à la recherche des défauts. Et content, on ne les trouve pas. Continue Reading

Playing

EPFL Rolex Learning Center / SANAA

Added on 21 février 2010

More Videos

  • EPFL Rolex Learning Center / SANAA
  • Wat is architectuur? (1)Wat is architectuur? (1)
  • Mediatheque de Sandai / Toyo ItoMediatheque de Sandai / Toyo Ito
  • Bredan McFarlaneBredan McFarlane

Video Playlist

Le bâtiment, conçu par la célèbre agence japonaise SANAA, dispose d’une des surfaces en béton impressionnante, la création d’un espace fluide pour que les élèves puissent en profiter. Intéressants commentaires de Ryue Nishizawa sur la relation entre les formes organiques dans l’architecture et la vie humaine. Alors que le bâtiment est un rectangle parfait quand [...]

© 2014 dailyCharrette. Powered by WordPress.

Daily Edition Theme by WooThemes - Premium WordPress Themes